SAMIR : Progression de 5,7x de l’EBE 2010 à M MAD 2 002, pour un résultat net en hausse de 51% à M MAD 836

Fait : Publication des comptes annuels 2010.

Analyse : Au terme de l’année 2010, la filiale marocaine du Groupe CORRAL affiche un chiffre d’affaires de M MAD 37 Md (vs. nos prévisions de MAD 31 Md) en progression de 37% comparativement à une année auparavant, capitalisant tant sur la hausse des cours du pétrole au niveau international que sur la hausse de 4% des écoulements de la société à 6,8 millions de tonnes (pour une évolution du marché local de 6%), dont près de 90% réalisés au niveau national.

Dans une proportion supérieure et suite principalement à la mise en service de sa nouvelle unité hydrocraking et à la revalorisation à la hausse de la valeur des stocks à M MAD 2 362,3 (contre M MAD 921,8 à fin 2009), l’EBE progresse de 5,7x pour se fixer à M MAD 2 002, établissant sa marge d’EBITDA à 5,5% contre 1,3% à fin 2009. Dans une moindre mesure, le résultat d’exploitation ressort à M MAD 1 451 (vs. nos prévisions de M MAD 1 598,2) contre M MAD 970 à fin 2009, en raison principalement de l’alourdissement des dotations aux amortissements de 146% à M MAD 1 170,1 relatives notamment à l’investissement de la nouvelle usine. Par conséquent, la marge opérationnelle s’apprécie de 0,3 point pour s’établir à 3,9%.

De son côté, le résultat financier creuse son déficit à M MAD -529,8 contre M MAD -281,3 une année auparavant, impacté notamment par l’alourdissement des charges d’intérêts de 82,2% à M MAD 495,6 ainsi que par la détérioration du bilan de change. Intégrant un résultat non courant de M MAD 7,5, la capacité bénéficiaire de SAMIR se bonifie de 51% à M MAD 836 (vs. nos prévisions de M MAD 980,9), portant la marge nette à 2,3% contre 2,1% à fin décembre 2009. En parallèle, l’analyse du haut de bilan de la société permet de ressortir les éléments suivants :
• Un endettement net en hausse de 21,9% à MAD 14,2 Md, dégradant le niveau du gearing à 301,7% contre 300,8% à fin 2009 ; • Une faible autonomie financière matérialisée par un ratio (FP/ sources de financement) de 24,9%, en quasi-stagnation comparativement à une année auparavant ; • Et une capacité de remboursement de la dette en appréciation compte tenu d’un ratio (charges d’intérêts / EBE) de 24,8% contre 77,9% à fin décembre 2009.

Pour faire face à cette situation, le Conseil d’Administration a approuvé les termes de référence négociés entre la SAMIR et le consortium bancaire relatifs à la restructuration de la dette, laquelle devrait porter d’une part sur un apport des actionnaires et d’autre part sur l’extension de l’emprunt bancaire. En outre et afin de renforcer la situation financière de la société, le Conseil d’Administration a également décidé de proposer à la prochaine Assemblée Générale Ordinaire qui devrait se tenir en date du 27 mai 2011 l’affectation du résultat net de M MAD 836 en report à nouveau.

Sur le plan des perspectives, la société table sur une amélioration de la profitabilité en 2011 compte tenu de l’impact progressif attendu de l’unité hydrocraking ainsi que de la mise en service de l’unité des bitumes. Par ailleurs, la construction de l’unité de distillation n°4 devrait permettre à terme à SAMIR d’augmenter la production des distillats, tout en réduisant les coûts de production.

Conclusion : La filiale marocaine du Groupe CORRAL affiche au terme de l’année 2010 des agrégats financiers en forte appréciation, profitant tant de l’envolée des cours du pétrole au niveau international que de la hausse des volumes vendus au niveau national. Nous maintenons notre recommandation à l’achat sur le titre.
BMCE Capital Bourse

Aucun commentaire: