DELATTRE LEVIVIER MAROC : Un exercice 2010 sauvé par l’exceptionnel

Fait : Publication du communiqué de presse du Conseil d’Administration.

Analyse : Au terme de l’année 2010, DELATTRE LEVIVIER MAROC –DLM- affiche un chiffre d’affaires en accroissement de 5,8% comparativement à l’exercice précédent à M MAD 563,2 (vs. nos prévisions de M MAD 638,8). En revanche, le résultat d’exploitation s’effiloche de 94,6% à M MAD 1,9 (vs. nos prévisions de M MAD 40,9).

Selon le Top Management, cette situation s’explique principalement par une sous activité au second semestre 2010, dans un contexte de maintien des emplois. Par conséquent, la marge opérationnelle dégringole de 6,4 points pour avoisiner un niveau nul de 0,3%. Grâce à un résultat exceptionnel relatif à la vente du terrain Sud à Aïn Sebaâ, la capacité bénéficiaire enregistre un bond de 2,3x à M MAD 48,2 (vs. nos prévisions de M MAD 66,2).

La marge nette s’élève, quant à elle, à 8,6% en hausse de 4,6 points. Compte tenu de ce qui précède, le Conseil d’Administration compte proposer, à la prochaine Assemblée Générale prévue le 18 Mai 2011, la distribution d’un dividende de MAD 39 par action (dont MAD 18 exceptionnel), représentant un Dividend Yield de 6,5% sur la base d’un cours de MAD 600 observé en date du 17 mars 2010.

Côté perspectives et en dépit d’une conjoncture difficile suite notamment au report en 2011 du Programme Eolien Intégré Marocain, DLM poursuit son développement technique notamment (i) en se spécialisant dans la conception et la fabrication d’équipements de haute technologie pour le marché français, (ii) en adoptant une nouvelle organisation par Business Unit orientée clients et (iii) en obtenant une triple certification : OHSAS 18 00, ISO 9001 et STAMP U. A cet effet, la société affiche au terme du 1er trimestre 2011 un carnet de commandes évalué à MAD 1,2 Md.

Enfin et dans le cadre de sa nouvelle organisation, DLM devrait renforcer sa présence dans les segments de l’éolien et du pétrole offshore via le lancement de la 2ème tranche de son usine de Tit Mellil pour un investissement de M MAD 100 sur la période 2011-2012.

Conclusion : Au terme de l’année 2010, DLM affiche des réalisations décevantes impactées vraisemblablement par le report de certains contrats. Valorisation et recommandation en cours de révision dans l’attente de la publication des comptes détaillés de l’exercice 2010.
BMCE Capital Bourse

Aucun commentaire: