MAROC TELECOM : Des résultats annuels 2010 en ligne avec nos prévisions

Fait : Publication des résultats annuels 2010.

Analyse : MAROC TELECOM a évolué au cours de l’année 2010 dans un environnement marqué par une poursuite de l’exacerbation de la concurrence, plus particulièrement sur le segment Mobile suite à l’entrée en service de la troisième licence GSM de WANA. En dépit de cette situation, la filiale marocaine du Groupe VIVENDI parvient à dégager un chiffre d’affaires consolidé de M MAD 31 655,0 (+4,3% par rapport à 2009), capitalisant essentiellement sur la poursuite de la croissante du marché national des télécoms (élargissement de 18,5% du parc global d’abonnés à 32 millions d’usagers à fin 2010, soit un taux de pénétration de 101,5%) et la montée en puissance des filiales africaines (dont la contribution dans les revenus du Groupe s’élève à 17,7% en 2010 contre 15,5% une année auparavant et 12,8% en 2008) L’activité Maroc génère 82,7% du chiffre d’affaires consolidé du Groupe avec des revenus de M MAD 26 191,0 (+1,7% par rapport à 2009).

Par segment, le Mobile enregistre une hausse de 4,3% de son activité à M MAD 19 670,0, profitant de (i) l’accroissement de 10,6% du parc d’abonnés à 16,9 millions de clients, (ii) la baisse de 4,5 points du churn à 29,0% et (iii) le maintien de l’ARPU et du MOU à des niveaux toujours élevés, soit respectivement MAD 93 et 52 minutes. Notons également que ce segment a été dynamisé par la progression de 25% du chiffre d’affaires non voix, représentant désormais 10,5% de la facture moyenne contre 8,7% à fin 2009.

De leur côté, les activités Fixe et Internet accusent une baisse de 8,6% à M MAD 8 507, consécutivement à la forte concurrence exercée par le Mobile et à la réduction du tarif des liaisons louées par le fixe au mobile de MAROC TELECOM. Sur le Fixe, le parc affiche une quasi-stagnation à 1,231 millions de clients tandis que sur Internet, le nombre d’usagers augmente de 5,4% à 497 000 lignes. Les filiales africaines affichent, quant à elles, des évolutions contrastées : +7,1% pour MAURITEL à M MAD 1 184,0, +6,5% pour ONATEL à M MAD 1 802 et +25,1% pour SOTELMA à M MAD 1 575.

En revanche, GABON TELECOM affiche un repli de 14,0% de ses revenus à M MAD 1 044, suite à l’entrée d’un nouvel opérateur (AIRTEL) sur le marché gabonais des télécoms. Dans ces conditions et face à un structure de charges grevées par les efforts promotionnels, l’EBITDA contient son évolution à +2,5% à M MAD 18 612 (dont M MAD 4 916 au Maroc pour une marge brute de 62,2%), ramenant la marge brute à 58,8% contre 59,8% en 2009. Sur le plan opérationnel et face à la hausse des amortissements liée à l’importance du programme d’investissements mené par le Groupe (M MAD 6 535,0 (en hausse de 12% par rapport à 2009), dont M MAD 2 193 pour le Mobile au Maroc (-24%), M MAD 2 060 pour le Fixe & Internet (+10%) et M MAD 2 281 pour les filiales africaines (+110%)), le résultat d’exploitation ressort en hausse limitée de 2,3% à M MAD 14 335,0, fixant la marge opérationnelle à 45,3% contre 46,2% une année auparavant.

Au final, le RNPG prend 1,2% à M MAD 9 536, faisant ainsi ressortir une marge nette de 30,1%, en baisse de 1 point par rapport à 2009. Après le versement de près de MAD 9,1 Md aux actionnaires au titre du dividende 2009 et MAD 7,1 Md en investissements réseaux, la dette nette consolidée du Groupe ressort à MAD 4,3 Md (contre MAD 3,6 Md en 2009), représentant seulement 0,2x de l’EBITDA annuel. En parallèle et malgré la hausse de 12% des CAPEX, les flux nets de trésorerie provenant des activités d’exploitation s’établissent à M MAD 12 836, en légère baisse de 2,7%.

Compte tenu de ce qui précède, le Conseil de Surveillance de MAROC TELECOM entend proposer à l’AGO des actionnaires du 18 avril 2011 la distribution d’un dividende unitaire de MAD 10,58, en hausse de 2,6% par rapport à 2009 et traduisant un pay-out de 100%. Sur la base d’un cours de MAD 152,15 observé en date du 21 février 2011, le Dividend Yield s’établit à 7,0%.

Sur le plan des perspectives, le Senior Management de MAROC TELECOM table sur une légère croissance de l’activité et un maintien d’une rentabilité élevée. Signalons, par ailleurs, MAROC TELECOM a été déclarée adjudicataire de BENIN TELECOM et serait également en discussions avancées pour l’acquisition de BELL TELECOM.

Conclusion : Au regard de l’évolution des agrégats financiers en 2010 et dans l’attente de la publication des états de synthèse détaillés, nous maintenons nos prévisions et notre cours cible à MAD 171 ainsi que notre recommandation d’accumuler le titre dans les portefeuilles. 
BMCE Capital Bourse

Aucun commentaire: