ATTIJARIWAFA BANK : Expansion de 4,1% de la capacité bénéficiaire 2010 à MAD 4,1 Md

Fait : Publication des résultats annuels 2010.

Analyse : Au terme de l’exercice 2010, l’encours net des crédits consolidés à la clientèle s’accroît de 11,9% comparativement au 31/12/2009 à MAD 200,2 Md. L’activité agrégée draine, à elle seule, 69,3% des créances détenues par le Groupe, soit MAD 138,8 Md enregistrant une augmentation de +13,5% par rapport au 31/12/2009. Cette appréciation est principalement redevable à la hausse de 25,1% à MAD 43 Md des crédits à l’équipement, de 12,1% à MAD 45,1 Md des crédits immobiliers et de 6,5% à MAD 46,9 Md des crédits de trésorerie et à la consommation.

Pour leur part, et subissant vraisemblablement l’impact de l’assèchement des liquidités, les ressources clientèles du Groupe ATTIJARIWAFA Bank limitent leur progression à 3,5% se fixant à MAD 201,4 Md dont 78% émanant de l’activité agrégée. Celle-ci affiche une légère appréciation de 1,8% à MAD 157 Md des dépôts clientèle recouvrant principalement une hausse de 7,7% à MAD 91,1 Md des comptes à vue créditeurs compensant ainsi le retrait de 11,9% à MAD 39,7 Md des dépôts à terme. Dans ce sillage, la structure des ressources s’améliore avec une baisse de 3,4 points à 37,4% des dépôts rémunérés.

Par ailleurs, l’actif financier évalué à la juste valeur par résultat demeure quasiment stable à MAD 23,7 Md dont MAD 10,1 Md d’actions cotées. L’actif financier disponible à la vente s’apprécie, quant à lui, de près de 16% à MAD 29,9 Md intégrant une augmentation de 22,3% à MAD 12,7 Md des effets publics et de 20% à MAD 9,4 Md des titres obligataires.

Dans ce sillage, le Groupe affiche un PNB consolidé en appréciation de 10,6% comparativement au 31/12/2009 pour s’établir à MAD 14,7 Md (vs. nos prévisions de MAD 13 Md). Cette évolution recouvre : * Une appréciation de 20,8% à MAD 8,9 Md de la marge d’intérêt profitant d’une croissance des produits d’intérêts plus rapide que celle des charges et ce, en dépit de l’augmentation de 39,3% à M MAD 993 des charges d’intérêt relatives à la dette subordonnée (soit 18,7% des charges d’intérêt supportées par le Groupe) ; 
* Une croissance de 30,6% à MAD 2,9 Md de la marge sur commissions ; 
* Et, un retrait de 15,9% à MAD 2,6 Md du résultat des opérations de marché eu égard aux plus-values exceptionnelles enregistrées en 2009.

Par pôle d’activité, la Banque Maroc, Europe et Zone Offshore contribue à elle seule à hauteur de 56,6% dans le PNB consolidé du Groupe, contre 22% pour les Banques de Détails à l’international, et 12,9% pour les sociétés de financement spécialisées; le reste provenant de l’assurance et de l’immobilier. En revanche, les charges générales d’exploitation s’alourdissent de près de 19% pour se fixer à MAD 6,4 Md.

Le coefficient d’exploitation augmente, de ce fait, de 3 points se fixant à 43,8%. Au niveau des comptes sociaux, les charges générales d’exploitation cantonnent leur progression à 8,1% s’établissant à MAD 3,1 Md améliorant le coefficient d’exploitation de 3,1 points à un niveau compétitif de 37,8%. Dans ces conditions, et eu égard à la progression importante des frais généraux, le résultat brut d’exploitation consolidé enregistre une appréciation cantonnée à 5% s’établissant à MAD 8,2 Md (vs. nos prévisions de MAD 7,8 Md).

Côté risque, le coût du risque se renforce de 23,3% à MAD 1,2 Md. Le stock de provisions pour créances en souffrance s’élargit de 6,8% à MAD 8,1 Md, pour des créances en souffrance en hausse de 9,7% à MAD 10,9 Md. Le taux de contentieux du Groupe se stabilise, ainsi, à 5,3% pour un niveau de provisionnement de 74,4% (vs. 76,4% en 2009). Il convient de signaler que le Groupe a procédé à la constitution de provisions collectives post-clôture faisant suite aux événements survenus en Tunisie et en Côte d’Ivoire (+M MAD 168).

Au niveau de l’activité agrégée, le stock des créances en souffrance augmente de 9,4% se fixant à MAD 4,1 Md, soit un taux de contentialité de 3,6% (vs. 3,7% au 31/12/2009). Parallèlement, les provisions y afférentes se renforcent de la même proportion (+9,2%) à MAD 4,1 Md établissant le taux de provisionnement à 80,1% (contre 80,2% en 2009). Au final, le Résultat Net Part du Groupe se bonifie de 4,1% à MAD 4,1 Md (vs. nos prévisions de MAD 4 Md).

Par pôle d’activité, la Banque au Maroc et en Europe participe à hauteur de 68,4% dans le RNPG, contre 12,7% pour les banques de détail à l’international, 9,0% pour les sociétés de financement spécialisées et 9,9% pour l’activité Assurance et immobilier. S’agissant de la distribution du résultat, le Conseil d’Administration de la Banque compte proposer à la prochaine Assemblée Générale la distribution d’un dividende unitaire de MAD 8 (contre MAD 6 en 2009), correspondant à un D/Y de 2% sur la base du cours boursier de MAD 407 en date du 24/02/2011.

Conclusion : Bien que la conjoncture économique ait été peu propice en 2010, le premier Groupe bancaire privé du Royaume parvient à dresser un bilan positif tirant profit d’une amélioration notable au niveau opérationnel et capitalisant notamment sur le renforcement de la contribution de ses filiales à l’
BMCE Capital Bourse

Aucun commentaire: