DRAGAGE : Une nouvelle feuille de route pour l’activité dragage

Fait : Lancement des appels d’offre ouvrant droit à l’exploitation de nouvelles carrières marines.

Analyse : Selon la presse économique, le Ministère de l’Equipement et des Transports devrait lancer prochainement des appels d’offres internationaux pour l’octroi de nouvelles autorisations permettant d’exploiter les carrières marines de sable. La mise en place de ce processus devrait permettre de canaliser le pillage des plages et l’implantation de carrières clandestines au niveau du littoral et des oueds.

Ces actions interviennent à un moment où l’Association des Professionnels du Sable –APS- dresse un constat alarmant sur l’exploitation sur-démesurée et informelle du sable de mer. En effet, les points de production formels autorisés par l’Etat n’assurent qu’une production de 10 millions de m3/an, tandis que le secteur de la construction, 1er consommateur du secteur, en utilise près de 20 millions de m3/an. Selon les statistiques publiées en 2009, il existe 23 carrières de sables autorisées contre 168 points de prélèvement recensés par l’APS.

Rappelons qu’en 2008, le Ministère de tutelle a conclu un agrément d’exploitation de carrières marines au bénéfice du spécialiste de dragage DRAPOR, privatisé en 2007. Ce dernier est le seul opérateur autorisé à exploiter les carrières de sable au Royaume à travers sa filiale RIMAL, dont la production en 2010 s’élève à 1,5 M m3 contre 3,5 M m3 prévue dans le cadre de cette convention (en raison du non octroi de l’autorisation sur le site de Mohammedia). Les besoins en sable pour le secteur de la construction devraient s’établir à 30 millions de m3 en 2015 et à 40 millions de m3 en 2020, sachant que le m3 s’échange en moyenne à MAD 200.

Conclusion : Le lancement desdits appels d’offres, conjugué à l’adoption du nouveau projet de loi régissant le secteur, devrait permettre une meilleure gestion des ressources de sable compte tenu de son importance pour le secteur immobilier.
BMCE Capital Bourse

Aucun commentaire: