ATTIJARIWAFA BANK : Des performances financières en nettes progression à fin juin 2010

Fait : Publication des résultats semestriels S1-2010.

Analyse : Au terme du premier semestre 2010, l’encours net des crédits consolidé à la clientèle s’accroît de 7,6% comparativement au 31/12/2009 à MAD 192,6 Md. L’activité agrégée draine, à elle seule, 68,9% des créances détenues par le Groupe, soit MAD 132,8 Md, contre MAD 122,3 Md à fin décembre 2009. Cette dernière appréciation de 8,6% est principalement redevable à la hausse de 8,5% à MAD 47,8 Md des crédits de trésorerie et à la consommation, de 8% à MAD 43,4 Md des crédits immobiliers et de 4,7% à MAD 36 Md des crédits à l’équipement.

Pour leur part, et subissant vraisemblablement l’impact de l’assèchement des liquidités, les ressources clientèles du Groupe ATTIJARIWAFA Bank accusent un léger repli de 1,3% à MAD 192,1 Md dont 77,6% émanant de l’activité agrégée. Celle-ci affiche un retrait de 3,3% à MAD 149,1 Md des dépôts clientèle dû principalement à la baisse de 16,3% à MAD 37,8 Md des dépôts à terme. Dans ce contexte, la structure des ressources de l’activité Maroc s’améliore avec une baisse de 3,3 points de la part des dépôts rémunérés à 37,5%. Signalons que la baisse des ressources clientèles a été compensée par une augmentation de 27,8% à MAD 27,9 Md des dettes interbancaires entre décembre 2009 et juin 2010. Par ailleurs, l’actif financier évalué à la juste valeur par résultat demeure quasiment stable à MAD 23,3 Md dont MAD 11,4 Md d’actions cotées.

Dans ce sillage, le Groupe affiche un PNB consolidé en appréciation de 16,2% comparativement au 30 juin 2009 pour s’établir à MAD 6,9 Md (soit 53% de nos prévisions annuelles pour 2010). Cette évolution recouvre :
  • Une appréciation de 19,7% à MAD 4,3 Md de la marge d’intérêt profitant d’une croissance des produits d’intérêts plus rapide que celle des charges et ce, en dépit de l’augmentation de 34,7% à M MAD 432,7 des charges d’intérêt relatives à la dette subordonnée (soit 17,4% des charges d’intérêt supportées par le Groupe) ;
  • Une croissance de 29,8% à MAD 1,3 Md de la marge sur commissions ;
  • Et, une progression de 5% à MAD 1,3 Md du résultat des opérations de marché.
Par pôle d’activité, la Banque Maroc, Europe et Zone Offshore contribue à elle seule à hauteur de 58,1% dans le PNB consolidé du Groupe, contre 22,3% pour les Banques de Détails à l’international, et 13,3% pour les sociétés de financement spécialisées; le reste provenant de l’assurance et de l’immobilier.

En revanche, les charges générales d’exploitation augmentent de 21% pour se fixer à MAD 3,2 Md et ce, dans un contexte de poursuite du programme d’investissements notamment en terme de maillage du réseau de distribution (ouverture de 159 nouvelles agences entre juin 2009 et juin 2010). Le coefficient d’exploitation se fixe, de ce fait, à 46,0%, contre 44,1% une année auparavant. Au niveau des comptes sociaux, les charges générales d’exploitation cantonnent leur progression à 8,7% s’établissant à MAD 1,5 Md permettant d’améliorer le coefficient d’exploitation de 2,7 points à un niveau compétitif de 35,6%.

Dans ce sillage, le résultat brut d’exploitation consolidé se hisse de 12,3% à MAD 3,7 Md. Côté risque, le coût du risque s’allège de 30,7% à M MAD 330,4. Le stock de provisions pour créances en souffrance s’élargit de 4,2% à MAD 7,9 Md, pour des créances en souffrance qui limitent leur hausse à 2,4% comparativement au 31/12/2009 soit MAD 10,2 Md.

Le taux de contentieux du Groupe se fixe, ainsi, à 5,1% (vs. 5,3% en 2009) tandis que le taux de provisionnement s’élève à 77,7% (vs. 76,4% en 2009). Au niveau de l’activité agrégée, le stock des créances en souffrance cantonne sa progression à 2,7% se fixant à MAD 4,8 Md, soit un taux de contentialité de 3,5% (vs. 3,7% au 31/12/2009).

Parallèlement, les provisions y afférentes se renforcent de 7,4% à MAD 4 Md établissant le taux de provisionnement à 83,9% contre 80,2 en 2009. Au final, le Résultat Net Part du Groupe se bonifie de 15,1% à MAD 1,9 Md (soit 48,6% de nos prévisions annuelles pour 2010). Par pôle d’activité, la Banque au Maroc et en Europe participe à hauteur de 72,1% dans le RNPG, contre 12,8% pour les banques de détail à l’international, 9,9% pour les sociétés de financement spécialisées et 5,3% pou l’activité Assurance et immobilier.

Conclusion : Bilan positif pour le premier Groupe bancaire privé du Royaume qui poursuit la consolidation de son positionnement tant sur le paysage bancaire national que régional. En effet, en dépit d’une conjoncture économique toujours peu propice, ATTIJARIWAFA Bank parvient à afficher des réalisations financières au beau fixe capitalisant notamment sur le renforcement de la contribution de ses filiales à l’international.
BMCE Capital Bourse

Aucun commentaire: