SOFAC : Des réalisations soutenues par des éléments non récurrents

Fait : Publication des résultats semestriels de SOFAC.

Analyse : Tirant vraisemblablement profit du lancement de son partenariat avec son nouvel actionnaire de référence POSTE MAROC, SOFAC affiche une production semestrielle de M MAD 448, en hausse de 64% comparativement à une année auparavant. Ainsi l’encours de crédit net s’apprécie de 3,5% à M MAD 1 921,5, recouvrant :
  • Une hausse de 20% à M MAD 841,2 de l’encours de crédit à la consommation ;
  • Un recul de 5% à M MAD 1 019,3 de son encours d’immobilisations données en crédit-bail, traduisant la volonté de la société d’alléger ce type de produit de son portefeuille, et ce, depuis la suppression de l’exonération de la TVA sur la LOA ;
  • Et, un repli de 28% des autres crédits à M MAD 61.
Paradoxalement, le portefeuille de refinancement affiche une quasi-stagnation, s’établissant à M MAD 1 611,9, sous le double effet d’une hausse de 5x des dettes à vue à M MAD 58,4 et des baisses respectives des titres de créances émis et des dépôts à la clientèle de 5% et de 6%, lesquelles se fixent à M MAD 237 et à M MAD 403,9. Ainsi, les dettes interbancaires demeurent la première source de financement de SOFAC avec une part de 60,2%, suivie des dépôts à la clientèle (25%) et des titres de créances émis (14,8%).

Dans ces conditions, le PNB marque un bond de 24,3% à M MAD 57,7, intégrant :
  • Une contraction de 14,8% à M MAD 20,5 de la marge d’intérêt, essentiellement due à une baisse 4% à M MAD 47,2 des intérêts reçus de la clientèle combinée à l’élargissement de 34% à M MAD 20,8 des intérêts payés, et ce suite à la hausse des intérêts interbancaires ;
  • Une expansion de 31,5% à M MAD 35,3 du résultat des opérations de crédit-bail et de location ;
  • Et, une amélioration de 63% de la marge sur commissions à M MAD -1,9, et ce, consécutivement au changement de méthode de commissionnement des apporteurs d’affaires. En effet, les commissions sont désormais lissées sur la durée du crédit au lieu d’être versées au moment de l’octroi. Notons, à ce titre, que l’effet de ce changement de méthode sur le PNB se monte à M MAD 7,8.
Retraité, la hausse du PNB se limite à 7,3%, soit un montant de M MAD 49,9. De leur côté, les charges générales d’exploitation s’alourdissent de 16% à M MAD 35,8, dopées principalement par la hausse de 14% à M MAD 14 des charges du personnel et par l’élargissement de 28% à M MAD 15,5 des charges externes. Par conséquent, le coefficient d’exploitation se contracte de 4,7 points à 62%. A noter que SOFAC présente le coefficient d’exploitation le plus élevé de son secteur.

Compte tenu d’une plus-value sur cession de l’ancien siège de M MAD 14, le résultat brut d’exploitation se bonifie de 134,1% à M MAD 36,5. Retraité de cet élément ainsi que de l’effet du changement de méthode de commissionnement, le RBE se fixe à M MAD 14,1, en retrait de 9,6% comparativement à une année auparavant. Grâce à la poursuite de l’effort de recouvrement couplée à une politique d’octroi rigoureuse, les reprises aux provisions nettes de dotations se renforcent de 116% à M MAD 3,5.

Parallèlement, les créances en souffrance se rétractent de 15,5% à M MAD 365,8, par rapport au 31 décembre 2007, fixant un taux de contentieux de 19%. De son côté, le taux de couverture s’établit à 94,1%, contre 93,3% six mois auparavant. Au final, le résultat net se hisse de 107,3% à M MAD 28,4. Hors éléments exceptionnels, la capacité bénéficiaire semestrielle est estimée à près de M MAD 13, en repli de 5,1% par rapport au 30 juin 2008.

Conclusion : Compte tenu de l’étendu du réseau de distribution de son partenaire POSTE MAROC, les réalisations commerciales de SOFAC demeurent somme toute modestes. Parallèlement, le manque de maîtrise de ses dépenses continue à peser lourdement sur sa profitabilité comme en atteste l’évolution de sa capacité bénéficiaire.
BMCE Capital Bourse

Aucun commentaire: