SALAFIN : Un résultat semestriel 2008 en expansion de 26,7% à M MAD 54

Fait : Publication des résultats semestriels 2008.

Analyse : Capitalisant sur son nouveau partenariat portant sur la gestion de l’ensemble des crédits à la consommation distribués par sa maison mère, SALAFIN affiche des résultats semestriels fort probants comme en témoigne l’accroissement de son encours de crédit à fin juin 2008 de 7,1% à près de MAD 3 Md comparativement au début de l’année. Cette performance recouvre :
* Une hausse de 38% à M MAD 1 343,3 de son encours de crédit à la consommation ;
* Et, un retrait de 8,2% à M MAD 1 646,7 de son encours LOA, et ce, suite à la restructuration de son portefeuille visant à alléger la dépendance de SALAFIN vis-à-vis de son activité automobile. Désormais la LOA ne représente plus que 55,1% dans son portefeuille, contre 64,3% au 31 décembre 2007.

Parallèlement à la croissance de l’activité, le portefeuille de refinancement se renforce de 25,3% depuis le début de l’année à MAD 1,9 Md, dopé notamment par l’accroissement des dettes interbancaires à vue de 2,3x à M MAD 288,5 combiné à l’élargissement de 22,8% à MAD 1 Md des titres de créances émis. Au volet rentabilité, le Produit net bancaire marque un bond de 21,6%, par rapport à une année auparavant, à M MAD 130,3. Cette performance demeure principalement redevable à la montée en puissance de la marge d’intérêt, laquelle s’élargit de M MAD 33,8 à M MAD 32,1, résorbant ainsi le repli de M MAD 6 du résultat des opérations de créditbail et de location à M MAD 98,4. Pour leur part, les charges générales d’exploitation enregistrent une hausse de 13,8%, par rapport à une année auparavant, à M MAD 41,1.

En raison d’une croissance du PNB plus importante que celle des charges, le coefficient d’exploitation s’améliore de 2,2 points à 31,5%. Le Résultat Brut d’Exploitation se monte, quant à lui, à M MAD 89,5, en croissance de 5,1% par rapport à la même période en 2007. Côté risque, et fruit de ses efforts en termes de recouvrement, les dotations nettes de reprises se contractent de 75,2% à M MAD 3,5, sous l’effet de la constatation d’une reprise de M MAD 13,1. Toutefois, les créances en souffrance s’alourdissent de 8,9% à M MAD 231, fixant un taux de contentieux de 7,7% (contre 7,6% à fin décembre 2007). Au final, le Résultat net semestriel se bonifie de 26,7%, par rapport à la même période une année auparavant, à M MAD 54 (vs notre estimation annuelle de M MAD 106).

Conclusion : Dans un secteur fortement concurrentiel, SALAFIN clôture ce premier semestre 2008 sur d’excellentes réalisations, confirmant ainsi sa position de sérieux outsider pour les deux leaders WAFASALF et EQDOM.
BMCE Capital Bourse

Aucun commentaire: