CIH : Un PNB en hausse de 6% pour un résultat en retrait de 32% à M MAD 374,7

Fait : Publication des résultats semestriels 2008.

Analyse : Tirant profit de la dynamisation des actions commerciales, l’encours des crédits débloqués se hisse de 40% à MAD 3,1 Md, contre MAD 2,2 au 30 juin 2007. Pour sa part, l’encours des crédits approuvés se monte à MAD 2,8 Md, contre MAD 2,2 une année auparavant, soit une progression de près de 25% ; Dans une proportion moindre, les dépôts de la clientèle enregistrent une hausse de 17% s’établissant à MAD 14,4 Md, contre MAD 12,3 Md à fin juin 2007. Tandis que l’encours des crédits s’établit à MAD 20,3 Md au 30 juin 2008, contre MAD 17,4 Md au 30 juin 2007, soit une hausse de près 16%.

Bénéficiant de (i) l’amélioration de 4% à M MAD 583,2 de la marge d’intérêt, (ii) de la bonification de 11% de la marge sur commissions et du bond de x11,5 du résultat sur opérations de marché à M MAD 13,7( dont M MAD 12,6 de résultat des opérations sur titres de placement), le produit net bancaire s’apprécie de 6% s’élevant à M MAD 669,5 (vs M MAD 631,5 en juin 2007) ; Dans ce sillage, le résultat brut d’exploitation progresse de 49% passant de M MAD 354,9 à M MAD 528,9 au titre du premier semestre 2007, cette évolution étant notamment redevable à l’intégration d’une plus value sur cession d’immobilisations hors exploitation.

Au final, subissant l’effet conjugué des dotations pour créances en souffrance constatée sur 2008 pour M MAD 66 (contre une reprise en juin 2007 pour M MAD 210) et l’épuisement des reports déficitaires en 2008, le résultat net du CIH ressort en dépréciation de 32% à M MAD 374,7. Les fonds propres de l’établissement se renforcent, toutefois, à MAD 2,6 Md, contre MAD 1,6 Md au 30 juin 2007. Par ailleurs, le RNPG consolidé ressort en appréciation de 54% à M MAD 417,7.

Cette évolution s’explique par le passage en IFRS qui permet de neutraliser l’impact des reports déficitaires constatés en social sur les années précédentes à travers la constatation des impôts différés actif.

Conclusion : Les agrégats financiers du CIH ressortent en nette progression entre S1 2007 et S1 2008. Cependant l’établissement devrait se concentrer davantage sur le développement de son Core Business ainsi que les synergies avec les autres filiales métiers du Groupe CDG afin d’accroitre son agressivité commerciale dans un contexte de concurrence accrue. La Banque pourrait également développer ses activités de marchés, véritable levier de croissance pour les opérateurs bancaires.
BMCE Capital Bourse

Aucun commentaire: